Qui sommes-nous ?

image description  

Centre de Recherche Ouganda

Au cœur du Centre Hospitalo-universitaire constitué par la Mbarara University of Sciences and Technology (MUST), le centre de recherche Epicentre conduit depuis 1998, année de sa création, des activités de recherche clinique.

Recherche

Epicentre mène des activités de recherche sur des questions de santé publique pertinentes pour l’Ouganda en particulier et pour l’Afrique en général. Les études sont menées selon les normes de qualité de GCP (bonnes pratiques cliniques) et GCLP (bonnes pratiques cliniques de laboratoire). Des études sont menées en étroite collaboration avec la MUST, le Mbarara Regional Referral Hospital (MRRH) et d'autres parties prenantes du secteur de la santé (Ministère de la Santé, programmes nationaux, MSF, ONG, universités).
 
Le centre dispose d'une équipe expérimentée de médecins, d'infirmières, de statisticiens, de biologistes, de techniciens de laboratoire, de logisticiens et d'administrateurs qui assurent la qualité de la recherche.
 
Epicentre a contribué à l'essai Aquamat démontrant que l'artésunate réduit considérablement la mortalité chez les enfants africains soufrant de paludisme grave. Les projets actuels se concentrent sur la tuberculose, le VIH et la fièvre jaune.

Laboratoire

Epicentre bénéficie d'un laboratoire du niveau de biosécurité 3. Le laboratoire est équipé pour la mycobactériologie, le diagnostic de la tuberculose par GeneXpert, la PCR et les analyses de laboratoire de routine.

Formation 

Profitant de sa position au cœur du campus de la MUST, le centre est également engagé activement dans l'enseignement à la Faculté de Médecine. Le personnel du centre de recherche enseigne des modules dans le cadre de Master  en microbiologie et biologie moléculaire et sciences du laboratoire médical. Les étudiants ont également la possibilité d'acquérir une expérience précieuse dans le laboratoire du centre de recherche.

Exemples  des activités en cours

Co-infection VIH et de la tuberculose

Plusieurs études sont menées à Mbarara pour améliorer le diagnostic et le traitement des enfants et des adultes atteints par la tuberculose, souvent associée à une infection par le VIH.  La bonne adhérence au traitement est difficile à maintenir en raison de la longue durée du traitement standard, typiquement de 6 mois. Les études actuelles étudient l’innocuité d’une dose de rifampicine augmentée tout en raccourcissant la durée de ce traitement. Une autre étude explore les résultats du traitement chez les patients dont le taux de CD4 est très faible, en comparant ceux qui sont traités immédiatement pour des infections opportunistes telles que la tuberculose par rapport à ceux dont le traitement ne commence que lorsque ces infections ont été confirmées.

La fièvre jaune 

Des épidémies récentes de fièvre jaune ont souligné que les stocks de vaccins peuvent ne pas suffire pour répondre aux épidémies. Des données existantes indiquent qu'une dose fractionnée de fièvre jaune (1/5 ème) pourrait offrir une protection suffisante et permettrait à beaucoup plus de personnes d'être protégées contre l'infection dans les situations où les stocks de vaccins sont limités. L'étude vise à recueillir des données pour tester cette hypothèse.
 

 

Télécharger la brochure (fichier PDF)                                     Contact Ouganda

Video de présentation de l'activité du Centre de Recherche en Ouganda