Publications

image description  

Enquête de prévalence du pian dans la population autochtone Districts de Bétou et d'Enyel. République du Congo. Septembre 2012

  • 2012/09/30
Type de publication
  • Rapports
Auteurs
  • Coldiron Matthew
Thèmes
  • Maladies négligées

Introduction

La population autochtone résidant dans la forêt tropicale isolée dans le nord de la République du Congo est fortement touchée par le pian, une maladie tropicale négligée. Une nouvelle stratégie pour l’éradication du pian a été promulguée en mars 2012, consistant en partie en un traitement universel dans les populations touchées par le pian avec l’azithromycine par voie orale en dose unique. Médecins sans Frontières – Centre Opérationnel Paris (MSF-OCP) a mis en œuvre cette nouvelle stratégie parmi la population autochtone des Districts de Bétou et d’Enyellé. Pour établir la prévalence de base du pian actif dans cette population, ainsi que pour identifier les endroits à suivre de près dans la période post-campagne, MSF-OCP a fait appel à Epicentre pour réaliser une étude de prévalence simultanément à la campagne de traitement.

Méthodes

Chaque enfant âgé de moins de 15 ans présent pour la campagne de traitement a été dépisté pour le pian actif, d’abord sur histoire, puis par examen clinique. Les cas suspects ont été confirmés à l’aide d’un test rapide tréponémique, après avoir obtenu le consentement éclairé du responsable de l’enfant.

Résultats

Des 6215 enfants dépistés 485 avaient une suspicion clinique du pian. Un test rapide tréponémique a été réalisé sur 480 des 485 cas suspects. En total, 183 cas de pian actif ont été confirmés. La prévalence globale était de 2,9% ; dont 2,0% dans le District de Bétou et 3,8% dans le District d’Enyellé. 60% des cas confirmés étaient chez les garçons. Les villages les plus touchés étaient concentrés dans deux zones isolées du District d’Enyellé.

Discussion

Le pian reste un problème important pour la population autochtone de la Likouala, surtout dans le District d’Enyellé. La prépondérance de cas chez les garçons suggère des facteurs de risque inconnus. Vu la bonne couverture de la campagne, la prévalence du pian actif relativement faible, ainsi que la présence de plusieurs structures de santé dans le District de Bétou, les efforts dans ce district dans les mois prochains devront être ciblés sur le renforcement du système de surveillance passif, l’investigation de cas et le traitement des familles de cas confirmés. Vu la prévalence plus forte dans le District d’Enyellé, il serait important de refaire une campagne de traitement (universel ou ciblé), dans ce District dans les mois prochains.