Département Epidémiologie et Formation

image description  

L’épidémiologie de terrain  

Le service d’épidémiologie de terrain assure les activités suivantes :
  • Evaluation de la situation épidémiologique ou sanitaire et des besoins médicaux dans les zones où MSF travaille ou projette d’intervenir. Ces consultations ad hoc prennent généralement la forme d’enquêtes sur des problèmes sanitaires précis, la situation nutritionnelle, ou la mortalité. Ce travail s’effectue souvent suite à des flambées épidémiques (choléra, rougeole), ou en réponse à une urgence humanitaire pendant ou après un conflit ou une catastrophe naturelle.
  • Soutien épidémiologique aux programmes apporté à la demande de MSF pour évaluer les interventions en matière de santé, par exemple le suivi de l’introduction de nouveaux diagnostics, de nouvelles stratégies opérationnelles ou de nouveaux protocoles thérapeutiques.  

La Formation

Epicentre conçoit et organise des formations dédiés à l’épidémiologie de terrain. Ces formations s’adressent principalement aux personnels de MSF, mais elles sont aussi ouvertes aux gens d'autres organisations. En savoir plus

Exemples d’activités récentes et en cours

Migrants en Grèce

Depuis 2015, l’Europe fait face à une arrivée sans précédent de réfugiés et de migrants avec l’entrée sur son sol de plus d’un million de personnes par voie terrestre et maritime. Nous manquons de preuves quantitatives concernant la dureté des conditions qu’ils ont rencontrées, les cas de détentions, les violences et les tortures subies, ainsi que les problèmes psychologiques dont ils souffrent. Epicentre a réalisé une enquête dans 7 sites de réfugiés et de migrants en Grèce pour documenter les types et les niveaux de violences endurées pendant leur périple. L’enquête comportait un volet quantitatif et deux volets qualitatifs : d’abord un questionnaire portant sur le parcours des migrants, leurs vulnérabilités, l’accès à l’information et les violences subies pendant le voyage puis dans les camps de réfugiés en Grèce ; ensuite des entretiens qualitatifs approfondis ont mis en lumière les violences et les problèmes de santé mentale auxquels ont été exposés les réfugiés et les migrants dans leur pays d’origine, sur la route et en Grèce ; enfin des groupes de discussions ont abordé la question de l’accès à l’information et aux services en lien avec les procédures d’asile. Ces débats ont démontré que l’absence d’orientation et d’information sur les procédures d’asile accroît l’angoisse des participants quant à leur avenir. Cette étude suivait une enquête similaire conduite en 2016 dans le camp de migrants de Calais, appelé « la jungle ».

Réfugiés sud-soudanais à Bidibidi, Ouganda

Le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en 2011 après de longues années de conflit armé. Mais la population est encore affectée par la guerre et le manque de sécurité. Depuis 2016 des centaines de milliers de personnes ont fui vers le district de Yumbe dans le nord de l’Ouganda. En l’espace de quelques mois Bidibidi est devenu le plus grand camp de réfugiés au monde avec une population estimée à 800 000 résidents. MSF fournit des soins médicaux aux plus vulnérables. A la demande de MSF, Epicentre a mis en place un système de surveillance de la mortalité et de la morbidité afin que MSF puisse cibler ses activités humanitaires. Ces populations sont particulièrement sujettes aux flambées épidémiques provoquées par des maladies comme la rougeole, le choléra, l’hépatite E ou le paludisme, ainsi qu’à une élévation des taux de malnutrition. Un système de surveillance efficace permet de détecter rapidement la survenue de ces flambées, et une réponse précoce et appropriée peut contribuer à en minimiser l’impact sur la santé des populations.

Surveillance de la rougeole en République démocratique du Congo

Depuis les flambées épidémiques de rougeole qu’a connues la République démocratique du Congo en 2015, Epicentre appuie les activités de MSF en produisant des rapports de surveillance sur les cas de rougeole détectés dans les districts sanitaires affectés. Ces rapports se fondent sur les données collectées régulièrement par le ministère de la Santé et par le personnel des missions MSF. Ces données sont comparées aux chiffres de population estimés à partir du programme de vaccination infantile de routine, des registres des autorités sanitaires régionales et ceux de l’UNICEF. Les rapports de surveillance comportent des cartes générées par un SIG, ce qui permet de visualiser la localisation et la propagation des flambées de rougeole. En 2016 et 2017 Epicentre a élargi le périmètre de ce chantier pour inclure un outil d’évaluation des risques d’épidémie de rougeole dans les différents districts, ce qui aidera MSF à anticiper les besoins futurs.